mardi 13 mars 2007

Nous vous ferons aimer la France d'après !

La "France d'après" ? C'est aujourd'hui. Relire - comme toujours - Bernanos : La France contre les robots.
Les robots ont des têtes de "manageurs" et un corps de "business modèle". Les robots vendent des cacahouètes aux singes inutiles que nous sommes. Les robots, le midi, déjeunent dans des salles climatisées, tapissées de blanc, où la fumée est persona non grata. Les robots, repus, rôtent des chiffres, des indices et des courbes qui ne doivent rien à Scarlett Johansson. Les robots disent, le sourire du croque-mort aux lèvres : "Le problème, c'est les hommes et les idées". Les robots, pour se détendre, mettent une main froide au cul des demoiselles, ne voyant en elles que putes ou secrétaires. De retour dans leur bunker sweet bunker, les robots baisent d'un coup de clic leurs compagnes robotes qui, d'un retour de clic, sucent de métalliques protubérances qu'elles prennent pour de la money.
Les robots ont gagné. Le règne de l'action bêtifiante a laissé l'homme, gueule en sang et souffle court, dans le caniveau. La rafle rééducative a commencé il y a longtemps. Elle se poursuit, s'accélère avec, toujours, le même mot d'ordre : "Nous vous ferons aimer la France d'après !"

7 commentaires:

Anonyme a dit…

Il faut être bien pessimiste pour voir les choses de ce point de vue. La frustration ne mène à rien !

jenny suarez-Ames a dit…

Pourquoi ces braconnages attirent-ils tant d'anonymes ?

Anonyme a dit…

ça me rappelle le ton d'immédiatement ce post. Qu'est ce que ça devient au fait?

ALG a dit…

Immédiatement est devenu un site sur le ouèbe :
http://www.immediatement.info/

Anonyme a dit…

merci, suis allé voir Immédiatement
c'est super catho maintenant!!et super réac aussi

Mau-Mau et son orchestre a dit…

J'aime bien le premier anonyme, il m'a l'air d'apprécier la pensée positive (kipuduku pourtant), ce n'est pas une question de frustration mais de lucidité, es-tu lucide ?

Mau-Mau et son orchestre a dit…

Les types d'Immédiatement on oublié ce qui faisait tout l'intérêt de leur revue...