mardi 25 septembre 2007

Bonnand est grand !

Le Dictionnaire de littérature à l'usage des snobs et surtout de CEUX QUI NE LE SONT PAS de Fabrice Gaignault est un précieux recueil mêlant raretés, grands crâmés et dandy de haut style. Au milieu de notices précises et stylées sur Albert Cossery, Dominique de Roux, Henry Jean-Marie Levet, Arthur Cravan, Nick Toshes, Guy Dupré, Sunsiaré de Larcône, Frédéric Berthet, Jean-Jacques Schuhl ou encore la Villa Malaparte, ce Scud du prix Pulitzer Edna Ferber au dramaturge Noel Coward qui lui disait "Edna, vous ressemblez presque à un homme" : "Vous aussi, Noel."
Autre bonheur , la lettre B. Prénom : Alain. Nom : Bonnand. Romancier, nouvelliste, obsédé des femmes et du style. Un feu follet des années 80 dont nous ne nous lassons pas de lire et relire Les jambes d'Emilienne ne mènent à rien, Les mauvaises rencontres, Feu mon histoire d'amour. Un vieux garnement revenu, pour un tour de piste, il y a quelques années avec Je vous adore si vous voulez et Il faut jouir, Edith. Quand il évoque une femme de chambre, Bonnand écrit : "Yvonne rentrait vieillie d'avoir passé sa journée à tirer le drap sur les amours des autres." Classe, papatte et volupté : c'est ainsi que Bonnand est grand !

6 commentaires:

Alfredo Smith-Garcia a dit…

J'ai tous les premiers tirages, je pense(il n'y avait plus d'originales, hélas) et je l'ai croisé plusieurs fois au Rocher, (encore rue de l'Odéon).
Je me demande de quoi il vit, là-bas, à Reims...

ALG / il Pirata a dit…

Dixit Fabrice Gaignault : "Alain Bonnand a longtemps survécu en effectuant des petits boulots pour nourrir sa famille (notamment comme peintre en bâtiment). Vivrait aujourd'hui entre Reims et Djibouti."

Alain Bonnand a dit…

J'ai longtemps fait la plonge chez mon papa, mais je n'i jamais été peintre en bâtiment. (Je ne sais pas qui est le farceur qui aura si mal documenté Fabrice Gaignault à mon propos.) Oui, hélas, je n'ai pas eu à survivre. J'habite Damas, je vais à la pêche à Tartous, en train de nuit, avec ma fille Andrée et quand je rentre à Reims, comme en ce moment, ce n'est guère que pour y acheter un petit bien supplémentaire...
Quelques fameux qui manquent au Dictionnaire de Gaignault : André Frédérique (La grande fugue), Thomas Raucat (Loin des blondes, L'honorable partie de campagne), Grisélidis Réal (La passe imaginaire, Le noir est une couleur).
Alain Bonnand.

Isaure a dit…

Je viens de lire un de vos livres Monsieur Bonnand. A vrai dire, c'est le deuxième que je lis de vous. C'est intriguant. J'ouvre le livre et mes yeux ne peuvent plus quitter vos écrits. Je me suis forcée à ne pas le lire à la médiathéque, mais attendre d'être rentrée chez moi, et maintenant je n'ai plus envi de le restituer. Votre livre vit, votre écriture le rend vivant. Je suis stupéfaite...
Comment va Andrée ?

Alain Bonnand a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
ALG / il Pirata a dit…

Cher Alain Bonnand,
Si vous passez par là, pouvez-vous me mèler (elguerno@yahoo.fr) ?
J'ai une proposition, malhonnête of course, à vous faire.
Bien à vous.
ALG