samedi 30 avril 2011

F.S. Fitzgerald dixit


"L'histoire de ma vie est celle du combat entre une envie irrésistible d'écrire et un concours de circonstances vouées à m'en empêcher."

"J'ai souvent souhaité ne jamais avoir rencontré ma femme - mais je n'ai jamais pu supporter de la savoir loin de moi plus de cinq heures."

"Il avait eu la faiblesse à un âge précoce, de parader au lieu d'observer et d'écouter."

"D'immature, je suis devenu vulnérable."

5 commentaires:

Fabien a dit…

SCOTT...

Fabien a dit…

SCOTT !!!

Fabien a dit…

Fitzgerald

Deux belles filles, c’est un drame - cinquante, une troupe de spectacle.
Carnets

Arnaud Le Guern a dit…

Merci Fabien pour cette pensée Fitzgeraldienne.

Fabien a dit…

Je vous en prie. Merci à vous pour cet excellent blog. Je me délecte à le lire ainsi que celui de Roland Jaccard, auteur dont je raffole. Tendre soit votre nuit !