jeudi 18 octobre 2007

Un peu de joie

. Ma muse allongée sur le lit
. Trinquer avec Thierry Marignac, gentilhomme cambrioleur du style. L'écouter. Le lire - 9'79", Snatch (texte anglais de Bruce Benderson) - dans la collection "Compact livres" du Dernier terrain vague.
. Cécilia encore plus libre que Max ou qu'une infirmière bulgare.
. Les saisons 1,2 et 3 de The Wire, ce que la télévision a offert de meilleur. Pelecanos, Price et Lehane à l'écriture.
. Un pull noir sur une peau blanche.
. Un costard-cravatte, sur son velib', finit le cul par terre.
. Le Basque de la rue Keller, Paris 11e.
. Les jambes de Faye Dunaway dans Barfly.
. "La plus jolie fille du monde", première nouvelle des Contes de la folie ordinaire de Charles Bukowski.
. Le dernier verre d'Antidote avant la fin du monde.
. La dernière Lucky Strike aussi.
. Le sourire de ma Lou'.
. Les chroniques rugbystiques de Sébastien Lapaque dans L'Opinion indépendante (En fait : lire tout Sébastien Lapaque).
. Le grain de folie de Frédéric Michalak.
. Les grains de beauté au coeur des décombres.

5 commentaires:

Prince de Dité a dit…

Un inventaire à la Prévert, une liste des derniers plaisirs avant que ne s'éteigne l'aurore. Bien vu.... (mais perso le grain de folie je le verrai plutot chez Chabal moi non?)

ALG a dit…

Non c'est une connerie : il n'y a aucun grain de folie chez Chabal. Il y a de la force chez Chabal. Où voir le de la folie ????

Pascal a dit…

Chabal c'est un truc complètement fabriqué et que l'on ne vienne pas me dire que c'est Porthos !
Michalak, c'est encore autre chose. Un produit aussi mais dont on sent qu'il peut effectivement echappé à sa condition...déconné...

Anonyme a dit…

Etonnée que tu connaisses et regardes The Wire. Culture éclectique épatante...

Thierry Marignac a dit…

Il y a aussi la victoire de l'AfSud pour se réjouir, Poutine qui parle de Cuba (ça c'est fort!…), et les récents chefs de la lutte anti-corruption en Irak et dans je ne sais plus quel pays balte… incarcérés pour corruption!…
"Si vous me laissez une enveloppe, je dirai pas que vous êtes corrompu!"